Menu déroulant horizontal à plusieurs niveaux en DHTML
Les ségalas


Les ségalas


De la vallée du Viaur aux gorges du Gijou et d'Agout les ségalas tarnais forment un amphithéâtre de hautes terres qui s'abaissent du Sud au Nord et d'Est en Ouest de 900 à 300 mètres d'altitude. Dans ce plan incliné dont la limite avec les régions voisines du Rouergue et de la montagne lacaunaise est indécise, les rivières, Cérou, Tarn, et Dadou délimitent avec netteté des plateaux qui portent les noms des chefs-lieux de canton :


Le relief y est accidenté, avec de hautes surfaces juxtaposant de profondes vallées. Jusqu'à la révolution industrielle du XIXe, ces terres ne portaient que du seigle (car acide). Jusqu'à 500 mètre, le pays se pare (encore) des chaudes couleurs de l'aquitaine; on y pratique la polyculture associée à l'élevage. Au-dessus de 500 mètres, sur de grands espaces on produit du lait de brebis qui est affiné à Roquefort et de la viande bovine. L'activité touristique se concentre dans les vallées. L'activité minière s'y éteint (mines de fer fermées, de même celles de tungstène(1961) ou celle de plomb argentifère(1972)).
Les ségalas restent une région agricole prospère.




Ambialet L'église d'Alban abrite un calvaire sculptée de 2,20 mètres avec de nombreux personnages, son fût est de section carrée et monolithe impressionne par la profusion de son décor. Au sortir du village, vous trouverez un dolmen et un menhir. Le roc des Anglais présente des traces de maisons taillées dans le rocher par des mineurs, peut-être du Moyen-Âge. L'église Lacalm conserve des boiseries classées du XIXe. Voici quelques sites des environs d'Alban :

  • Château de Bessoulet
  • Saint-Juéry et Le saut de sabo, une cascade de 18 mètre de haut sur le Tarn, à 6 kilomètres en amont d'Albi, alors que le Tarn quitte les roches et gagne la plaine.
  • Ambialet, construit sur un piton schisteux qu'entoure un méandre du Tarn, un bras de terre de 50 mètres, à l'endroit le plus étroit sépare les deux côtés du méandre qui fait environ 2 kilomètres de long. Ce détour est le plus remarquable de France. Vous pourrez y visitez l'ancien prieuré, fondé en 1057 dont il ne reste que le réfectoire abritant un musée missionnaire, mais aussi l'église Notre-Dame antérieure au XIe, elle a été agrandie, voûtée et décorée au XIIe; elle se constitue d'une nef, de collatéraux, d'une abside et d'un transept marqué; sa décoration est sobre.
  • Fraissines, modeste hameau qui mérite le détour pour ses richesses artistiques et les toiles de son église.
  • Villefranche d'Albigeois est une bastide fondée en 1629, qui ne garde que peu de vestiges de cette époques.
  • Bellegarde, son église à la Vierge à l'enfant polychrome, en pierre, du XVIe.




Carmaux, au pied du Ségala est depuis la moitié du XVIIIe, un centre industriel important du Midi Toulousain grâce à sa mine(en voie d'épuisement) et à sa verrerie (fermée en 1930). Aujourd'hui, c'est un pôle de reconversion. Vous pourrez y voir le monument Jaurès dont la ville fut le fief, les bâtiments des anciennes usines. Vous pourrez aussi voir la grande découverte et tous les villages miniers autour de Carmaux.




Pampelonne est une bastide de 1290 qui conserve son plan en damier, mais pas son halle et ses couverts. Aux environs :

  • Château de Thuriés, dont il ne reste qu'une tour de la forteresse du XIIIe, édifiée dans un boucle du Viaur qui s'encaisse d'une centaine de mètre dans le plateau.
  • Promenades de la vallée du Viaur, de Thuriés, un sentier conduit à l'église des Planques et au pont de Tanus.
  • L'église des Planques est le dernier vestige d'un ancien village. Construite en 1062 sur le modèle de Notre Dame d'Ambialet (ci dessus)
  • Le viaduc du Viaur Le viaduc du Viaur, utilisé par le chemin de fer d'Albi à Rodez, construit de 1896 à 1902, long de 460 mètres, il est l'un des chef-d'oeuvre de l'architecture métallique en France, comme la tour Eiffel.
  • Monestiés avec sa splendide église gothique au clocher original. Vous pourrez aussi admirer la Mise au Tombeau groupe polychrome restauré en 1952 et sculptée en 1503.
  • Salles, un ancien village fortifié
  • Jouquevieil fut un haut lieu de la résistance Tarnaise. Non loin du village, se trouve la chapelle Notre Dame de la Nativité des Infournats, sa nef est compartimentée par des piliers qui soutiennent un clocher mur situé au milieu de l'édifice. On y trouve une statue de la Vierge en bois du XIIe ou XIIIe.




Notre Dame de Ruffis à Montredon Labessonié Montredon-Labessonnié se tient à la croisée des chemins qui mènent de la vallée de l'Agout à celle du Dadou et de Réalmont à Lacaune. C'est une commune qui s'efforce de développer le tourisme : une piscine en plein air dès 1935, terrains de tennis, centre polyvalent, centre équestre... Vous y verrez la chapelle de Notre Dame de Ruffis, érigée au XIVe, son clocher est une tour d'un ancien château qui daterait du XIIe; mais aussi les anciennes mines de fer.
Alentours :

  • Roquecourbe doit son nom au méandre de l'Agout qui enserre l'éperon rocheux sur lequel s'élevait jadis le château des comtes de Castres. Au XVIe, les majorité de la population pris le partis de la Réforme, ce qui entraîna la destruction du château et l'arasement des murs. Les rues du vieux bourg sont bordées de maisons à colombages et encorbellements. La maison du Cerf sur la place de l'hôtel de ville, date du XIVe, une de ses poutres présente un curieux relief sculptée, un cerf.
  • Saint-Pierre-de Trivisy et son calme
  • le plan d'eau de la Rassisse couvre 125 hectares en amont d'un barrage, au milieu des bois.
  • Les cascades d'Arifat : le ruisseau des Bardes se précipite en flot écumeux dans une gorge étroite.
  • Réalmont, à mi-chemin entre Albi et Castres, est une bastide du XIIIe dont le but était la reconquête religieuse de la région. Pourtant Réalmont passa à la Réforme dès 1561, ce qui entraîna l'exode des habitants lors de la prise de la ville. Aujourd'hui, la ville sert de cadre à un marché animé où se côtoient ail rose de Lautrec, volaille du Lautrécois et les bêtes à cornes du montredonnais. De ses origines, l'agglomération conserve ses couverts entourant la place centrale.
  • Lombers dresse ses quelques maisons au pied de la butte où il reste quelques vestiges de l'ancienne place forte cathare.



Cabrol Fabien - Crozes - 81580 CAMBOUNET SUR SOR - FRANCE
Fcabrol81@aol.com
Date de la dernière modification : 25 avril 2007
Copyright CABROL Fabien 1996-2007