Menu déroulant horizontal à plusieurs niveaux en DHTML
Pigeonniers sur piliers


Les pigeonniers sur piliers


On en compte près de deux cents. Ils ont généralement 4 piliers de sections rondes ; s'il y en a plus, cela est du a des modifications postérieures à la construction dans un but de renfort, il peut y en avoir un à quatre supplémentaire entre ceux des angles. La caisse repose sur quatre poutres, elles-mêmes en appui direct sans aucune fixation sur les piliers. Les poutres en chêne, soigneusement choisies après un séchage de 10 à 15 ans restent aussi solides qu'à l'origine, même après deux ou trois siècles. Elles sont assemblées entre elles par tenon et mortaise ; s'il y a des ferrures, elles sont toujours ultérieures. On divise ces pigeonniers en trois parties :
  • Piliers : Le fût cylindrique a une hauteur moyenne de 2m et est en grès (de Navès). Le champignon premier élément de défense contre les nuisibles, est le plus souvent rond, mais il peut devenir carré ou disparaître. Le chapiteau, de même arrête que le diamètre du fût a les angles bas abattus ; il est parfois absent.
  • Caisse : La caisse englobe les poutres, mais pas la charpente. Elle est soit à colombages, soit en maçonnerie. Les colombages sont une preuve d'ancienneté ; ils confèrent à l'édifice une légèreté mais sont plus sensibles aux intempéries. Le remplissage est en pisé, en torchis ou en brique. Ce type possède une deuxième et dernière défense par un rebord au-dessus de la poutre. Les caisses en maçonneries peuvent être en grès, briques ou calcaires. Le toit fait corps avec une génoise, en même matériau ou brique canal. Pour diriger le poids vers les piliers et soulager le centre des poutres, on bâtit lors de l'édification des arceaux de décharge dont on comble le dessous ensuite. Le plus souvent, il y a deux rebords de défense : un au-dessus de la poutre, un au milieu du mur. L'accès à l'intérieur de la chambre se fait par une porte et plus rarement par une trappe.
  • Toiture
Ceci permet de distinguer trois sous-types, le pigeonnier de type castrais, le pigeonnier à toit pyramidal, et le pigeonnier à lanternon ou à toit divers. Mais tous ont en commun : les piliers et la caisse ; seule la toiture les différencie.



Les pigeonniers de type castrais

Il n'y a jamais de lucarne, les sorties des pigeons se trouvent uniquement à la base du clocheton. On ne le trouve que dans un rectangle de vingt quatre kilomètres sur vingt huit autour de la ville éponyme, Castres. Il s'agit d'un pigeonnier sur piliers en pierre de Navès (village près de Castres) avec :

  • fût en deux ou trois éléments
  • champignon de grand damiètre basal
  • et chapiteau de section carré etaux angles bas battus.
La caisse peut être indifféremment en maçonnerie ou à colombages. Le toit est pyramidal à faible pente surmonté d'un clocheton très effilé, le tout couvert d'ardoises de Dourgne (autre village proche de Castres) ; au sommet, on trouve le plus souvent une quille en grès de Navès mais parfois une céramique à pigeon peut surmonter l'édifice. Les lucarnes sont toujours absentes à l'origine.

Dans cette description, on aura bien sûr remarqué les matériaux utilisés qui sont toujours locaux et représentatifs de la géologie locale
Pigeonniers de type Castrais
Pigeonniers de type Castrais



Les pigeonniers à toit pyramidal

Leur toit est à 4 pans avec des arrêtes rectilignes, il peut s'agrémenter de lucarne pour la sortie des pigeons. Le toit est toujours, à l'origine, en tuiles plates. Pigeonnier sur piliers à toit pyramidal



Les pigeonniers à lanternon et à toit divers

Cette catégorie regroupe les pigeonniers à lanternon, c'est à dire comme un clocheton, mais en beaucoup moins pointu, et tous les autres qui ne peuvent rentrer dans une des précédentes catégories. Pigeonnier de type castrais hexagonal


Cabrol Fabien - Crozes - 81580 CAMBOUNET SUR SOR - FRANCE
Fcabrol81@aol.com
Date de la dernière modification : 25 avril 2007
Copyright CABROL Fabien 1996-2007