Menu déroulant horizontal à plusieurs niveaux en DHTML
Historique des pigeonniers


Historique des pigeonniers





Avant la révolution

Les pigeonniers, bâtiments destinés à recevoir des troupes de pigeons (d'après Viollet-Le-Duc) sont connus depuis l'Antiquité, que ce soit chez les Grecs ou les Romains, comme le rapporte Pline l'Ancien dans son Histoire naturelle. Mais étant bien souvent en bois, il reste peut de vestige de cette lointaine époque.
Au Moyen-Age et jusqu'à la nuit du quatre août mille sept cent quatre-vingt neuf durant laquelle les privilèges, dont celui de colombier, sont abolis, seuls les seigneurs ont le droit de posséder de tels édifices. C'est l'époque des grandes constructions raffinées ; ils sont alors symbole de puissance, de domination, de richesse... Néanmoins, dans le Languedoc, le droit de colombier est appliqué plus librement, ainsi certains propriétaires d'une surface suffisante ont pu ériger leur pigeonnier avec cependant un nombre limité de nids.



Après la révolution

Après la Révolution, le pigeonnier se démocratise et perd de sa superbe ; il est alors symbole de conquête, d'incertitude, d'audace... Néanmoins, dans certaines régions comme la Vallée du Sor, on prétend encore et toujours qu'on ne peut construire, détruire ou pire encore, restaurer un pigeonnier sans autorisation !
Après cet apogée, caractérisée par la liberté du colombophile, survient le déclin avec d'abord la loi du quatre avril mille huit cent quatre-vingt neuf qui donne pouvoir aux préfets de fixer les dates de fermeture des pigeonniers lors des semailles pour limiter les dégâts aux cultures ; ce qui est compréhensible mais porta un coup à l'élevage du pigeon. Lors de l'occupation allemande, ces derniers imposèrent la destruction des pigeons. Après la guerre, le prix de la nourriture et sa raréfaction, raisons auxquelles on peut aussi ajouter l'exode rural puisque la plupart des pigeonniers se situent à la campagne, réduisirent l'élevage des pigeons.
S'ils sont très peu utilisés de nos jours - bien qu'on note un regain d'intérêt actuellement -, les pigeonniers demeurent, même si on ose parfois les délaisser, et pire les abandonner à la ruine.


Cabrol Fabien - Crozes - 81580 CAMBOUNET SUR SOR - FRANCE
Fcabrol81@aol.com
Date de la dernière modification : 25 avril 2007
Copyright CABROL Fabien 1996-2007