Menu déroulant horizontal à plusieurs niveaux en DHTML
Défenses contre les prédateurs


Défenses contre les prédateurs


Le premier moyen envisagé pour défendre les pigeons de leur prédateur a été de faire des ouvertures assez grandes pour le passage des pigeons (environ 10 cm) mais trop petites pour les prédateurs comme l'autour des palombes ou l'épervier ou le faucon hobereau. Seules les corneilles peuvent passer (elles s'occupent des oeufs) et les chouettes, mais celles ci ne s'attaquent guère qu'au nouveau-né ; elles deviennent souvent locataires des pigeonniers lorsque l'élevage est abandonné, elle est cependant utile car elle détruit les parasites des cultures.
Des moyens de défense ingénieux ont été trouvés pour lutter contre les rongeurs grimpeurs (rat, surmulot, loir, lérot...). Lorsque les planches, portes et trappes sont soigneusement ajustées, ils sont obligés de passer par les issues des pigeons, souvent très haut placées. Pour éviter cette escalade, de nombreux moyens ont été mis en oeuvre, des sortes de corniches saillantes ou rebords qui font le tour du bâtiment :
  • ardoises horizontales ou penchées,
  • dalles en grès, parfois évidées,
  • rangées de briques en encorbellement progressif,
  • ceinture de carreaux vernissés ou bandes de métal,
  • plaques de zinc
  • briques ou ardoises de chat autour des ouvertures sur façade
  • champignons sur les piliers de section ronde avec un surplomb de plus de 30cm et parfois évidés par entourés d'un col en tôle
Rebord de défense en brique avec enduit lisse et pilier zingué avec champignon large Rebord de défense en grès Ceinture de carreau vernissé et rebord de défense en briques


Cabrol Fabien - Crozes - 81580 CAMBOUNET SUR SOR - FRANCE
Fcabrol81@aol.com
Date de la dernière modification : 25 avril 2007
Copyright CABROL Fabien 1996-2007