Le vaurais ou pays de cocagne


Ce territoire correspond aux cantons de Lavaur, Cuq-Toulza, Saint-Paul, Puylaurens et Graulhet, c'est à dire le sud-ouest du département. C'est le pays du terrefort, la terre lourde et grasse. Cette région se caractérise aussi par son habitat émietté, deux villes seulement (Lavaur et Graulhet), près de rivières navigables. Quelques autres bourgs jalonnent ces rivières ou comme Puylaurens et Lautrec surveillent le franchissement de la côte du Lauragais. Dans le terrefort, les fermes sont isolées les unes des autres sur leur mamelon.
Le vaurais fit partie du riche pays de cocagne. On y produisait ces boules de feuilles de pastel d'où l'on tirait la teinture de couleur bleu dont le commerce fit la richesse des propriétaires et négociants au XVe et XVIe mais il fut ensuite concurrencé par l'indigo venu d'orient.
Aujourd'hui encore, le Vaurais demeure une grande région céréalière (on ne trouve des industries guère qu'à Graulhet). On y cultive, blé, maïs, tournesol, colza, sorgho... Par contre les paysages ont changé, les grandes parcelles ont remplacé les champs irréguliers exigus et enclos de haies; de même l'apparition de hangar métalliques.




Vue aérienne de Lavaur Au XIIe siècle, Lavaur fut la ville sainte des Cathares. Après la croisade, il devint le siège d'un nouvel évêché, et elle gagna un rôle administratif maintenu par la révolution et la IIIe république qui en firent un chef-lieu de district et une sous préfecture.
Centre d'une riche région agricole, place importante du commerce des blés au XVIIe, Lavaur n'a pas su fixer d'industries; aussi la population ne cessa-t-elle de décliner (1788 : 10 000 - 1901 : 4 000) Aujourd'hui, la ville constitue un petit pôle d'industrie avec son ébénisterie et sa coopérative.
Voici les monuments et musées de Lavaur :

A côté de Lavaur, vous pourrez visiter quelques autres localités :